Focus sur le groupe Entreprise Dijonnaise

Le groupe Entreprise Dijonnaise fait dans le bâtiment et les travaux publics depuis 1945. Son président, Bernard Gnecchi, est aussi celui du club de foot dijonnais.

Bernard Gnecchi est un homme heureux. Du moins, on le suppose. Depuis quelques semaines, on sait que sa surprenante équipe de foot de Dijon évoluera en Ligue 1 la saison prochaine. Mais, on s’en doute, Bernard Gnecchi ne se contente pas de présider un club et ne se contente pas du ballon rond. Petit-fils du fondateur d’Entreprise Dijonnaise, Antoine Carminati, Gnecchi a pris les rênes d’E.D. en 1990. Il les tient toujours.

Les rênes d’une boîte où l’importance des valeurs humaines est auto-proclamée. Et qui, selon elle, allie deux choses en son système actuel de filiales (E.D. Bourgogne, E.D. Industrie, E.D. Rhône-Alpes, E.D. Travaux Publics, Prestibat / Sibo, E.D. Côte d’Or, Eurochape et Novendi) : « les avantages d’entités différenciées à taille humaine, spécialisées dans leur métier, tournées vers leurs clients et leur personnel », d’un côté.

 

 

2. 250 salariés

Et, d’un autre côté, « les avantages de l’appartenance à un groupe, permettant de déployer des ressources transversales communes, telles que la démarche commerciale amont, la communication, la sécurité, le matiériel, la comptabilité, la gestion du personnel, et bien sûr la qualité ».

Bâtiments logements, bâtiments bureaux, collectivités, industrie, surfaces commerciales, travaux publics, génie civil, réalisations tous corps d’états, second œuvre, dallages, sols, chapes liquides, plomberie, chauffage, génie climatique, béton, ciré, résine, tels sont les domaines de prédilection des salariés du groupe Entreprise Dijonnaise. 250 en tout, tout de même.

Post author

Journaliste de formation, j’occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre.
Je peux justifier d’une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l’Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse